Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


PROGRAMME DU CNR ET ACTUEL PAYSAGE POLITIQUE par Pierre Lombard

Publié par cercle Jean Moulin sur 21 Mai 2012, 18:25pm

Catégories : #Références et Gaullisme


À force d’entendre parler de « retour au Programme du CNR », j’ai voulu voir de quoi il s’agissait, et j’ai constaté que, finalement, la situation actuelle n’en est pas si loin sur bien des points, que l’administration, sous influence socialo-communiste, a même entraîné le pays au-delà des compromis qui avaient présidé à son élaboration, et que, si je devais personnellement y souhaiter un « retour », ce ne serait sans doute pas sur les mêmes paragraphes que ceux que croient réciter les principaux braillards du paysage politique actuel. Et il ne faut pas creuser très profond dans ce texte pour y trouver un parfum de « préférence nationale » que tant de gens trouvent aujourd’hui diabolique.

Les remarques entre crochets sont de mon crû, mais chacun est libre d’en faire d’autres.

PROGRAMME DU CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE

15 mars 1944

Née de la volonté ardente des Français de refuser la défaite, la Résistance n’a pas d’autre raison d’être que la lutte quotidienne sans cesse intensifiée. Cette mission de combat ne doit pas prendre fin à la Libération. Ce n’est, en effet, qu’en regroupant toutes ses forces autour des aspirations quasi unanimes de la Nation, que la France retrouvera son équilibre moral et social et redonnera au monde l’image de sa grandeur et la preuve de son unité.

Aussi les représentants des organisations de la Résistance, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R., délibérant en assemblée plénière le 15 mars 1944, ont-ils décidé de s’unir sur le programme suivant, qui comporte à la fois un plan d’action immédiate contre l’oppresseur et les mesures destinées à instaurer, dès la Libération du territoire, un ordre social plus juste.

I. - PLAN D’ACTION IMMÉDIATE

Cette partie n’étant plus d’actualité, il est inutile de la reprendre ici

II. - MESURES À APPLIQUER DÈS LA LIBÉRATION DU TERRITOIRE

Unis quant au but à atteindre, unis quant aux moyens à mettre en oeuvre pour atteindre ce but qui est la libération rapide du territoire, les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R proclament qu’ils sont décidés à rester unis après la libération :

1° Afin d’établir le gouvernement provisoire de la République formé par le Général de Gaulle pour défendre l’indépendance politique et économique de la nation, rétablir la France dans sa puissance, dans sa grandeur et dans sa mission universelle. [A l’époque, on pouvait encore y croire. Les choses ont bien changé depuis le départ du Général… Et ce n’est pas en se mettant en situation d’avoir à mendier qu’on pourra inverser la tendance.]

2° Afin de veiller au châtiment des traîtres et à l’éviction dans le domaine de l’administration et de la vie professionnelle de tous ceux qui auront pactisé avec l’ennemi ou qui se seront associés activement à la politique des gouvernements de collaboration. [Aujourd’hui, on déroule le tapis rouge devant GreenPeace et la nomination d’un Lamy à l’OMC est vue comme une promotion.]

3° Afin d’exiger la confiscation des biens des traîtres et des trafiquants de marché noir, l’établissement d’un impôt progressif sur les bénéfices de guerre et plus généralement sur les gains réalisés au détriment du peuple et de la nation pendant la période d’occupation ainsi que la confiscation de tous les biens ennemis y compris les participations acquises depuis l’armistice par les gouvernements de l’axe et par leurs ressortissants, dans les entreprises françaises et coloniales de tout ordre, avec constitution de ces participations en patrimoine national inaliénable.

4° Afin d’assurer :

- l’établissement de la démocratie la plus large en rendant la parole au peuple français par le rétablissement du suffrage universel ;

- la pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression. [Ah, si on pouvait retrouver ces libertés abolies par les lois Gayssot et autres « lois mémorielles ».] ;

- la liberté de la presse, son honneur et son indépenda

http://www.academie-gaullisme.fr/academie-gaullisme517/academie-gaullisme517.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents