Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation 71

Publié par cercle Jean Moulin sur 20 Août 2012, 21:06pm

Catégories : #Mémoire de La Résistance et de la Déportation

http://memoiredeladeportation71.over-blog.com/ 
LE TRÉPORT Le dernier déporté de guerre disparaît

Georges Morel s'est éteint dans la nuit de jeudi à vendredi.

Georges Morel s'est éteint dans la nuit de jeudi à vendredi.

Georges Morel est décédé. Il était le dernier déporté de la région. Résistant, déporté à Dachau, en Allemagne, il est mort dans la nuit de jeudi à vendredi, à la maison de retraite du Tréport. Il était âgé de 87 ans.

Arrêté le 10 avril 1944 au Tréport pour fait de résistance, Georges Morel sera déporté à Dachau. Libéré par les soldats américains le 30 mai 1945, il sera rapatrié le 2 juin. À la Libération, il est embauché avec son ami, Lucien Lavavry - arrêté lui aussi pour les mêmes raisons et déporté également à Dachau- pour garder les prisonniers Allemands affectés au déminage en haut des falaises. « Nous avons été très corrects avec eux, je n'ai pas cherché à me venger », avait-il confié

«Jamais fait une gloire »

Durant la Libération, il fait la connaissance de Janine, une Eudoise. De leur union naîtront deux enfants : Patrick et Gérard. Dans sa chambre de la maison de retraite du Tréport où il a vécu ses derniers jours, la photo de son mariage en 1946 est posée sur sa table de chevet. Un tableau donne un peu de couleurs aux murs. Pas de diplômes accrochés, pas de médailles visibles. Rien ne laissait supposer qu'il était un rescapé des camps de la mort. Le dernier au Tréport et dans la région. « Je ne m'en suis jamais fait une gloire », assurait Georges Morel. Au début des années 1950, il part dans la région parisienne travailler dans une fonderie. Il revient dans la région, à Mesnil-Sorel, pour prendre sa retraite. Georges Morel a rarement évoqué devant ses proches ce qu'il a vécu entre le mois de mai 1944 et le mois de juin 1945. Ce long voyage dans un wagon pour Dachau qui a duré trois jours, sans eau, sans aucune nourriture. Il arrive épuisé, découvrant un univers délirant. Il évoque l'interrogatoire, cherche ses mots. Même si sa mémoire n'était pas toujours aussi vive que celle de ses jeunes années, Georges Morel se souvenait toutefois du numéro 72 797, celui qu'il était devenu à Dachau.

Déporté politique, il n'a jamais adhéré à un parti. Patriote, il ne supportait pas l'occupation de son pays. Il signe à 18 ans, le 25 juillet 1942, son engagement au sein du réseau « Sosies », dont les activités étaient principalement basées sur le renseignement. Il y côtoie notamment Lucien Lavacry, Georges Morel, Maurice Holleville, dit « le curé de Montparnasse », Marcel Daragon et Raymond Botté.

Par Baudouin Nathalie & Grégory Publié dans : informations Communauté : Mémoire de la Déportation dans le 71 et en France 
Ecrire un commentaire
Dimanche 19 août 2012
Le 19 août 1942, environ 6000 hommes de troupe débarquent sur les plages de Dieppe, au nord de la Seine. Parmi eux figurent 1005 commandos britan
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents