Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


Guerre d'Espagne : Paul Preston « Une guerre d’extermi-nation. Espagne 1936-1945 » par ACER-AVER

Publié par via le Cercle Jean Moulin sur 16 Octobre 2020, 20:21pm

Catégories : #guerre d'espagne, #livre, #camp d'internement, #Mémoire de l'Internement, #Retirada, #ACER-AVER

Guerre d'Espagne : Paul Preston « Une guerre d’extermi-nation. Espagne 1936-1945 » par ACER-AVER
Suite à la publication, le 23 août, d'une note de lecture sur le livre de Paul Preston « Une guerre d’extermi-nation. Espagne 1936-1945 »
un ami nous fait parvenir la réaction ci-dessous.
Nous la partageons avec vous.

"Chers camarades,
Je viens de lire sur le site un compte rendu de lecture du livre de Paul Preston « Une guerre d’extermina-tion. Espagne 1936-1945 ».

Je partage totalement la critique qui en est faite, et recommande la lecture de ce livre incontournable. J’ai cependant un petit problème car j’avais lu ce livre lors de sa parution en anglais donc avant sa traduction.

Surprise : le titre anglais est « The spanish holocaust. Inquisition and extermination in the 20th century Spain. » Ainsi le mot holocauste disparaît. Qui plus est, dans le prologue, Preston explique pourquoi il parle d’holocauste, tout en avouant sa gène à utiliser ce mot.

« Quoi qu’il en soit, mon usage du mot holocauste n’a pas pour intention de mettre à égalité ce qui s’est passé en Espagne avec ce qui s’est passé dans le reste de l’Europe continentale sous l’occupation allemande, mais seulement pour suggérer qu’il doit être envisagé dans un contexte de comparaison plus grand. J’espère, par-là, suggérer des parallèles et des résonnances qui conduiront à une meilleure compréhension de ce qui s’est passé durant la guerre civile et après. »

On retrouvera plus loin, dans son texte, que chaque fois qu’il abordera l’accueil des réfugiés espagnols il parlera des camps de concentration que les traducteurs désigneront par « camp d’internement » alors que la dénomination officielle donne raison à Preston.

Il est vrai que cette traduction a été faite pour une publication aux éditions Belin dans le cadre d’une collection (Une nouvelle histoire du temps présent) dirigée par Denis Peschanski et Henry Rousso. Denis Peschanski est un historien réputé, reconnu par ses travaux dont « La France des camps. L’internement 1938-1946 » livre dans lequel le mot concentration disparaît au profit du mot internement.

J’ajoute, pour les puristes linguistes, la définition du mot holocauste donnée par Alain Rey dans le « Dictionnaire historique de la langue française » : « … Au XIXème siècle holocauste est repris au sens de « massacre, génocide » (1855, Sand), au XXème siècle en emploi absolu avec l’article défini, il sert à désigner l’extermination des juifs par les nazis (attesté par Mauriac 1958), en concurrence avec le mot hébreu shoa.) ».

Il y a donc là, un problème de choix linguistique, qui peut ouvrir à des interprétations réductrices, confiscatoires, alors que Preston pose de façon très ouverte l’usage des mots."

Alain Bujard

NB : Alain Bujard a écrit à Paul Preston pour lui faire part de ses interrogations. Il espère une réponse de sa part. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents