Une cérémonie empreinte de recueillement et d’émotion. 
© Photo NR

 
A la mi-août 1944, la très belle propriété de la Roche de Bran est calme, sereine et tranquille et chacun vaque à ses occupations. Alors que la libération du pays avance à grands pas, le vaste domaine va entrer dans l’histoire de la plus atroce des façons. 150 hommes du maquis « Anatole » commandé par le capitaine Ludovic Bonvalet souhaitent se rapprocher de Poitiers afin de participer aux côtés des armées alliées à la libération de la ville. Arrivé en vue du château de la Roche de Bran, le détachement, sous les ordres du lieutenant Oscar Choffat, est accueilli par la propriétaire, Mme de la Grandière, veuve de Louis de Murard. Cette dernière répond sans hésitation et de façon favorable afin que le groupe puisse passer la nuit sur la propriété. Prévenu par un milicien de la présence du groupe de maquisards, une unité de soldats d