Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


2014 : Le péril rom ?

Publié par Rassemblement Patriote & Républicain sur 9 Juillet 2013, 21:05pm

Catégories : #extrême droite - racisme antisémitisme islamophobie, #fascisme, #roms, #Front National FN

 

 

Jean-Marie Le Pen - POL EMILE/SIPA
Jean-Marie Le Pen - POL EMILE/SIPA
Le 4 juillet dernier, Jean-Marie Le Pen a enfilé un costume inattendu : celui d’une... voyante bohémienne capable de lire l’avenir de la ville de Nice et, à travers elle, de la France entière ! Selon lui « 50 000 Roms au moins » vont déferler dans la capitale azuréenne : « A partir du 1er janvier, a-t-il expliqué, les 12 millions de Roms qui sont situés en Roumanie, en Bulgarie et en Hongrie, auront la possibilité de s’établir dans tous les pays d’Europe. » 

Passons rapidement sur le chiffre de 12 millions qui représente en fait le nombre de Roms présents dans toute de l’Europe. Selon l’historienne Claire Auzias, interrogée par France info, ils seraient au maximum 4,3 millions dans ces pays-là. Mais qu’en est-il vraiment de cette directive européenne dont parle le fondateur du Front national ? Va-t-on vers un péril rom comme il nous le promet ? 
  
A partir de janvier 2014, les ressortissants bulgares et roumains — qu’ils soient roms ou pas — pourront venir travailler dans tous les pays de l’Union européenne sans avoir à demander une autorisation de séjour. Ce droit est en fait déjà effectif pour la Hongrie depuis 2011. La Hongrie qui, toujours selon Claire Auzias, compterait entre 500 000 et 1 million de Roms. 
  
Mais contrairement à ce que garantit Jean-Marie Le Pen, les Roumains et les Bulgares n’obtiennent pas, de facto, le droit de résidence. Au-delà de trois mois de séjour, ils n’auront aucune assurance de pouvoir rester. Pour continuer à demeurer dans le pays, ils devront prouver qu’ils ont les moyens suffisants pour subvenir à leurs besoins afin qu’ils ne soient en aucun cas une charge pour l’Etat qui les accueille. 
  
En tout cas, à l’approche des élections municipales et européennes de 2014 (qui promettent déjà un beau score au FN), on 
2014 : Le péril rom ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents