Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


Tombouctou, entre fanatisme et appât du gain

Publié par cercle Jean Moulin sur 6 Juillet 2012, 10:47am

Catégories : #Laïcité - Franc-maçonnerie - religions - secte


« Le sel vient du nord, l’or vient du sud et l’argent du pays des Blancs, mais la parole de Dieu et les trésors de la sagesse ne se trouvent qu’à Tombouctou. »

« Le sel vient du nord, l’or vient du sud et l’argent du pays des Blancs, mais la parole de Dieu et les trésors de la sagesse ne se trouvent qu’à Tombouctou. »

Depuis le 1er avril, Tombouctou est aux mains des combattants d’Ansar ed-Dine. Ces talibans du désert ont entrepris la destruction d’un trésor historique.

 

J’aurais voulu commencer ce papier par les lignes de Paul Morand qui m’avaient tant frappée lorsque je les ai lues. Elles figurent dans un récit de voyage publié en 1928, intitulé dans sa première version AOF – de Paris à Tombouctou. Texte repris dans une version romancée : Magie noire. Ayant laissé ses compagnons croisés au bord du Niger (dont Albert Londres), Morand y décrit son arrivée sur Tombouctou : la ville écrasée de soleil, les tours et le minaret de la mosquée Djingareyber qui vacillent sur l’horizon brûlant, la couleur ocrée du banco…

Sans doute m’avait-on alors prêté ce livre, ou l’ai-je moi-même prêté et jamais récupéré. J’ai voulu le racheter : il est introuvable. La chasse aux sorcières par des hordes d’illettrés “antifascistes”, tout ce qu’il y a de plus blancs ceux-là, a rendu bon nombre de nos grands auteurs infréquentables depuis les années 1990. Morand est en bonne place sur leur liste.

Si l’on vous rapporte cette petite histoire, c’est pour montrer qu’il existe une version occidentale, certes très “soft”, de ce qui se passe actuellement à Tombouctou. Façon de dire qu’on n’est jamais à l’abri, même de ce côté du Niger, des ravages de l’ignorance et du fanatisme militant.

Tombouctou, donc. Grand ville historique du Mali fondée au XIIe siècle et qui connut son apogée au milieu du XVe siècle. Un carrefour commercial et, sans doute, le plus grand centre du savoir en Afrique. Depuis le 1er avril de cette année, elle est aux mains des insurgés du Nord-Mali, essentiellement des rebelles touaregs. Depuis une semaine, les islamistes du mouvement Ansar ed-Dine, proches d’Aqmi (Al Qaida au Maghreb islamique), ont entrepris la démolition systématique des tombeaux des saints musulmans, puis des mosquées de la ville.

 

Faire parler de soi

 

La raison officielle du massacre ? Le classement par l’Unesco, le 28 juin, de sept mausolées et trois mosquées de Tombouctou sur la liste du « patrimoine mondial en péril ». Effet pervers d’une bonne intention : au lieu de protéger les sites, cela a attiré sur ces derniers l’attention des médias du monde entier. D’où ces actions de « représailles » (sic) des troupes d’Ansar ed-Dine dont le porte-parole Oumar oud Hamaha a déclaré : « La construction de mausolées funéraires est contraire à l’islam et nous les détruisons parce que la religion nous l’ordonne ». Surtout, ils savent que ces opérations de saccage vont heurter violemment la population locale et, par delà, choquer les Occidentaux. Quant à la valeur réelle des monuments de Tombouctou sur le plan patrimonial et culturel, ces djihadistes l’ignorent le plus souvent. La plupart d’e

http://www.filsdefrance.fr/breves/tombouctou-entre-fanatisme-et-appat-du-gain/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents