Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


Bové chasse le loup, les Verts chassent Bové

Publié par cercle Jean Moulin sur 21 Août 2012, 21:22pm

Catégories : #Divers

GASPAR SOULAT - MARIANNE

José Bové voudrait qu'on puisse abattre des loups pour réduire le nombre d'attaques sur les élevages d'ovins. Il s'est attiré les foudres de ses amis écologistes. Le 20 août, un arrêté préfectoral varois finit par lui donner en partie raison : un loup pourra être abattu dans ce département.

(LIONEL CIRONNEAU/AP/SIPA)
(LIONEL CIRONNEAU/AP/SIPA)
Le loup, les éleveurs. José Bové, ses amis écologistes. C’est une saga estivale ; un feuilleton à rebondissements. Le 17 juillet, José Bové, encarté à Europe Ecologie-Les Verts (EE-LV), crie haro sur le loup. Il explique la nécessité de prélever des loups puisque ceux-ci attaquent les troupeaux : en abattre quelques-uns retiendra un temps la pression exercée par le canidé sur l’élevage en pâture. Aussi sec, des membres de sa famille politique expriment leur désaccord : il faut protéger chaque loup. Le 20 août, la préfecture du Var autorise un tir de prélèvement. Un loup pourra être abattu dans le département. La voix de José Bové, vice-président de la commission Agriculture et développement rural au Parlement européen, a été entendue. Nul doute que l’arrêté préfectoral rendra certains verts rouges de colère. 
  
Nous sommes le 17 juillet. José Bové intervient au micro de Radio Totem Lozère. Il jette un pavé dans la marre aux loups. « Pour moi, les choses sont claires. Si le loup risque d’attaquer un troupeau, la meilleure façon de faire, c’est de prendre le fusil et de tirer. » Il poursuit : « La menace du loup, c’est quelque chose qui fait que les gens ne dorment pas (…). Ce qui se passe dans les Alpes est quelque chose d’absolument intenable pour les éleveurs (…). Je ne crois pas qu’au nom de la biodiversité on doive accepter. » Et de conclure, échauffé : « Il faut savoir : veut-on qu’il y ait encore des paysans, des bergers ? (…) Une fois, nous avons eu un loup sur le Larzac. Ça s’est terminé ainsi : on a retrouvé le squelette du loup sur un clapas. Personne ne sait ce qui s’est passé. C’est très bien comme ça. »

http://www.radio-totem.net/medias/news/Jose_bove_180712.mp3.mp3 José Bové, sur Radio Totem Lozère, le 17 juillet 2012. 



RÈGLEMENTS DE COMPTE ENTRE AMIS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents