Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


Laurent Pinsolle : Chypre : un nouveau plan européen scandaleux

Publié par cercle Jean Moulin sur 19 Mars 2013, 22:53pm

Catégories : #Nicolas Dupont Aignan & Debout la République

Blog gaulliste libre
http://www.gaullistelibre.com/2013/03/chypre-un-nouveau-plan-europeen.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+gaullistelibre+%28Blog+gaulliste+libre%29
Samedi a été annoncé le 5ème « plan de sauvetage » d’un pays de la zone euro. Par-delà les questions que cela pose sur une zone dont 30% des membres ont eu besoin d’être sauvés en trois ans, le choix de taxer à 6,75% ou 9,9% l’épargne pose d’innombrables problèmes.
Les épargnants paient pour les créanciers
A l’origine, Nicosie avait demandé, en juin 2012, une aide de 17,5 milliards d’euros aux pays européens, un montant colossal, équivalent au PIB du pays ! Il faut également remettre ce plan en perspective avec la population, d’environ un million d’habitants. Mais l’Europe n’a pas voulu contribuer au-delà de 10 milliards d’euros et a donc demandé à Chypre de trouver de nouvelles recettes, sous la forme d’une taxe de 6,75% sur tous les dépôts du pays, et 9,9% au delà de 100 000 euros.
Cette taxe exceptionnelle devrait lever près de 6 milliards. Donc, l’ensemble des dépôts bancaires représentent environ 80 milliards, dans une économie très largement financiarisée,qui est en réalité un parasite fiscal de plus dans l’Union Européenne. En effet, Chypre servirait de plate-forme pour recylcer de l’argent sale, notamment en provenance de Russie, et le taux d’imposition des sociétés passera de 10 à 12,5%. Les actifs des banques pèsent près de 10 fois le PIB.
Comme le souligne Jacques Sapir, il faut noter que ce plan va refinancer le secteur bancaire sans restructurer la dette du pays (contrairement à la Grèce), selon la volonté de Chypre, qui ne souhaitait pas mettre à contribution son secteur bancaire. Le ministre des finances du pays s’est félicité d’avoir « évité une taxe sur les transactions financières ». Au global, ce sont donc les épargnants chypriotes et les contribuables européens qui vont financer les créanciers du pays !
Un précédent dangereux ?
Bien sûr, parmi les épargnants mis à contribution, il y aura une part de déserteurs fiscaux(britanniques, russes ou gre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents