Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


Michel Rocard propose de supprimer la dissuasion nucléaire

Publié par cercle Jean Moulin sur 20 Juin 2012, 21:01pm

Catégories : #Cercle Jean Moulin

DSCF0347

 

Michel Rocard propose de supprimer la dissuasion nucléaire afin de faire des économies,  à savoir 16 milliards d’euros, et revenir ainsi sur le travail de son père, le Professeur Yves Rocard, qui fut le rapporteur du programme nucléaire militaire français à son origine ( ceci est cocasse).

 

La dissuasion nucléaire est maintenue non pas uniquement du fait des intérêts financiers des lobbies nucléaires mais aussi pour des raisons politiques et de défense.

 

Pour mémoire, c'est avec l'ordonnance 45-2563 du 18 octobre 1945 (presque trois mois après l'explosion des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki), signée par le général de Gaulle, qu'est créé le Commissariat à l'énergie atomique (CEA). Cet établissement a pour mission d'effectuer des « recherches scientifiques et techniques en vue de l'utilisation de l'énergie atomique dans les divers domaines de la science, de l'industrie et de la défense nationale ».

Les forces françaises eurent l'occasion de s'exercer au maniement d'armes nucléaires avec des armes tactiques américaines dans le cadre de l'OTAN sous double clefs dans les années 1950 et 1960. La 11e escadre de chasse équipée de North American F-100 Super Sabre de l'armée de l'air française entre 1963 et 1964, les divisions mécanisées modèle 59 qui avaient deux batteries de deux MGR-1 Honest John, et huit batteries de missile sol-air MIM-14 Nike-Hercules armées par les520 et 521e Brigade d’Engins des Forces françaises en Allemagne dans le Bade-Wurtemberg de 1960 à 1966.

 

Après l'échec de la Communauté européenne de défense, dont le traité impliquait que la France renonçât au nucléaire , mais qui fut refusé par l'Assemblée nationale le 30 août 1954, le président du Conseil Pierre Mendès France signe le 26 octobre 1954 le décret instituant une Commission supérieure des applications militaires de l'énergie atomique et, le 4 novembre, un arrêté créant au sein de celui-ci un Comité des explosifs nucléaires présidé par le général Jean Crépin avec comme secrétaire et rapporteur le professeur Yves Rocard, démarrant officiellement le programme nucléaire militaire français .

 

La dissuasion nucléaire a été voulue par le Général de Gaulle afin de se mettre a l’abri de la mise sous tutelle de notre défense sous la coupe des Etats Unis et réaffirmer notre indépendance vis-à-vis de l’OTAN.

 

Du fait de leur exceptionnel pouvoir létal en une seule frappe, les armes nucléaires sont longtemps apparues comme essentiellement des armes de pression politique. C'est là l'objectif explicite de la force de dissuasion nucléaire française, élaborée à partir de 1958 par le général de Gaulle. La base de la doctrine française est la volonté de conférer à l’arme nucléaire un rôle fondamentalement politique. Il s’agit « d’empêcher la guerre » : l’arme nucléaire ne saurait être un moyen de coercition ou une « arme d’emploi », c’est-à-dire une arme utilisable au même titre que les autres. Mais il s’agit également de pouvoir affirmer, sur la scène internationale, que la France ne dépend d’aucune autre puissance pour ce qui est de sa survie.

 

Le 15 décembre 1994, suite à la Résolution 49/75 K de l’Assemblée générale des Nations Unies qui demandait à la Cour internationale de justice de rendre un avis consultatif sur la question « Est-il licite, selon le droit international, de recourir à la menace ou à l’emploi d’armes nucléaires dans quelques circonstances que ce soit ? »,celle-ci a publié un avis consultatif le 8 juillet 1996 qui déclare que « la menace ou l'emploi d'armes nucléaires serait généralement contraire aux règles du droit international applicable dans les conflits armés ». Néanmoins, dans ce même avis, la Cour précise en conclusion que « au vu de l'état actuel du droit international, ainsi que des éléments de fait dont elle dispose, la Cour ne peut cependant conclure de façon définitive que la menace ou l'emploi d'armes nucléaires serait licite ou illicite dans une circonstance extrême de légitime défense dans laquelle la survie même d'un État serait en cause »

La Cour a conclu que ni le droit coutumier ni le droit conventionnel ne contenaient d'interdiction spécifique et complète des armes nucléaires, et que tout emploi d'une arme de cette nature serait soumis aux principes ordinaires du droit relatif au recours à la force et du droit international humanitaire.

 

Aujourd’hui, quand bien même la France est, malheureusement du fait du Président atlantiste Sarkozy, retournée au sein de l’OTAN et de son commandement intégré, supprimer la dissuasion nucléaire ce serait se mettre à la remorque de l’Angleterre, seule Nation à détenir l’arme nucléaire en europe avec la France, et donc se mettre sous la coupe encore une fois, de son allié économique privilégié et militaire stratégique que sont les Etats Unis.

 

Le Cercle Jean Moulin se prononce pour le maintien de la dissuasion nucléaire.

 

Pour le Cercle Jean moulin, Président, Grégory Baudouin 06907595069

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents