Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


Le choix entre Berlin et Athènes

Publié par cercle Jean Moulin sur 25 Mai 2012, 14:57pm

Catégories : #Nicolas Dupont Aignan & Debout la République

 

Selon Jean-François Copé, interviewé ce dernier week-end, François Hollande serait en demeure de choisir “entre Berlin et Athènes”. Pour Jean-François Copé, évidemment le choix est déjà fait : c’est Berlin, parée des vertus de rigueur budgétaire de la fourmi, tandis que le choix de rejoindre Athènes dans une crise sociale et économique sans fin  serait celui de François Hollande, la cigale dépensière.

On voit donc ce que sera la ligne de la future vraie-fausse opposition UMP au Parlement : la discipline budgétaire a tout prix, le Nord de l’Europe contre le Sud. Mais cette ligne de fidélité sans faille à l’Union Européenne nous précipitera encore plus dans la spirale de la récession, puisque rien ne pourra redresser notre économie ouverte à tous les vents de la mondialisation déloyale. Ce seront évidemment les budgets et les services publics qui vont payer la note. Quand à l’Allemagne, cette politique à courte vue la précipitera elle aussi dans la récession dès lors qu’elle aura asséchée toute l’économie européenne.

François Hollande pourrait-il nous sauver de cette perspective désespérante ? On voit bien que la “croissance” redevenue un mot à la mode est un slogan creux, qui recouvre des politiques aussi intenables les unes que les autres.

Pour Angela Merkel, qui veut bien concéder le mot, la croissance viendra d’encore plus de “réformes structurelles”, c’est à dire plus de contrainte supplémentaire sur les salariés en terme de modération salariale et de “flexibilité” de l’emploi.

Pour François Hollande, il s’agirait d’avantage d’injecter des fonds publics dans l’économie pour la relancer. Mais outre que Madame Merkel et Bruxelles s’y refusent totalement, il reste encore à nous dire ce qu’il adviendra de cette relance par le financement, sinon une bouffée d’oxygène sans lendemain, dès lors que l’économie française ne sera pas plus armée qu’auparavant pour faire face à l’hémorragie industrielle qui ne peut que continuer. Il reste encore à nous dire aussi comment trouver les financements sans augmenter les impôts, alors même que plusieurs

http://www.debout-la-republique.fr/article/le-choix-entre-berlin-et-athenes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents