Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


La victoire temporaire des démagogues par Laurent Pinsolle

Publié par cercle Jean Moulin sur 25 Septembre 2012, 21:20pm

Catégories : #Nicolas Dupont Aignan & Debout la République


Banniereblog

Après avoir étudié le divorce entre les élites et le peuple, Vincent Coussedière poursuit son analyse en en décrivant les conséquences sur la société, l’impasse politique actuelle et esquisse une issue.
Une société et une nation abîmées
En fait, son analyse rappelle celle de Jacques Généreux dans « La dissociété », même si son discours l’ancre à droite puisqu’il écrit : « le gauchisme est justement l’adaptation du marxisme à l’absence de classe et de conscience de classe. Ce sont les individus désocialisés que le gauchisme entend promouvoir et réunir. Ce qui est politique n’est pas ce que les individus ont en commun, mais ce qui les singularise au contraire, et les différencie ». Pour lui, c’est « la communauté de l’absence de communauté ». Dommage qu’il ne note pas que le néolibéralisme de droite pousse dans le même sens.
Il voit dans la revendication individuelle de mai 68, qui donne la priorité aux droits sur les devoirs, une remise en cause de «  la conception classique et républicaine de la liberté politique. Il ne s’agit pas de s’arracher à l’intérêt particulier, de le mettre de côté pour accéder au commun, il s’agit au contraire de forcer le commun, le collectif, à reconnaître ce qui est le plus privé ». Pour lui, « La coexistence des identités est le programme multiculturaliste et communautariste commun au gauchisme et à l’européisme. La loi devient le garde-fou des identités, toutes également respectables en théorie ».
Il critique « les mouvements identitaires (qui) procèdent de la décomposition des mouvements politiques. Devant l’impossibilité d’adopter librement des fins communes, ils recherchent la transcendance d’une fin indiscutable qui refasse l’unité de la communauté ». Mais il note que « ce que la construction européenne propose en substitution à l’appartenance citoyenne, c’est l’appartenance à n’importe quelle collectif identitaire », sauf national bien sûr. Il rappelle que Mitterrand disait en 1971: « s’il est interdit d’envisager une Europe socialiste à court terme, à partir d’une France socialiste, l’évolution s’accélerera ». Quarante ans après, rien n’a bougé en Europe et le PS tient le même discours.
Quelle issue politique ?

L’auteur pense que le temps des démagog

http://www.gaullistelibre.com/2012/09/la-victoire-temporaire-des-demagogues.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents