Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


Le MoDem ruiné, Bayrou réorganise ses financements publics

Publié par cercle Jean Moulin sur 28 Juin 2012, 16:06pm

Catégories : #Divers

bayrou_mediapart

Avec 1,77 % des voix au premier tour et deux députés élus, le MoDem ressort exsangue des législatives, politiquement (nous l’avons analysé ici) mais aussi financièrement. Son financement public sera divisé par trois dès l’année prochaine. Et le remboursement des frais de campagne de ses candidats qui ont fait moins de 5 % va le contraindre à contracter un emprunt.

Ruiné, le MoDem finira-t-il par être mis en liquidation? Il est légitime de se le demander, a fortiori depuis la création d’un « label » spécifique pour les législatives, « Le Centre pour la France », label entouré de zones d’ombres. Créée dans l’entre-deux tours de la présidentielle, cette étiquette a en réalité les statuts d’un parti politique, avec l’association de financement qui va avec… Il sera donc le réceptacle du financement public découlant de ces législatives. Une question se pose : pourquoi créer cette nouvelle structure qui pourrait, dans le pire des cas, servir à organiser la faillite du MoDem ?

C’est le corollaire de tout résultat − bon ou mauvais − aux législatives : l’accès ou non au financement public. Avec 458 098 voix au premier tour et deux députés élus, les temps s’annoncent rudes pour le MoDem. « On va passer de plus de 3 millions et demi d’euros à 1 million d’euros par an », estime Jean-Jacques Jégou, le trésorier du parti.

La dotation 2012 permettra certes au MoDem de vivoter jusqu’en février-mars, mais après c’est la dotation issue des dernières législatives qui sera versée. Et cela devrait notablement changer la donne. « Les conditions de nos résultats vont nous amener à faire du licenciement économique », déclare Jégou à Mediapart. Sur la vingtaine de salariés permanents que compte le parti − soit 17 équivalents temps plein −, la moitié devrait être licenciée dans les mois qui viennent : « J’estime qu’en bon gestionnaire, si je veux pouvoir verser à ces personnes leurs indemnités légales de départ, il ne faut pas attendre mars pour leur licenciement. »

D’autant que si ces mauvais scores génèrent moins de

http://www.gaullisme.fr/2012/06/23/le-modem-ruine-bayrou-reorganise-ses-financements-publics/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents