Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


Jean Dominique Merchet : Mali : la guerre secrète contre AQMI

Publié par cercle Jean Moulin sur 28 Janvier 2013, 13:03pm

Catégories : #sécurité sûreté en générale (&ancienne Catégorie)

jean Dominique Merchet
La volonté politique de détruire les groupes terroristes bute sur l'absence de drones armés.


La France tente actuellement de mettre en place une opération militaire exceptionnelle dans le nord du Mali, du jamais vu dans l'histoire récente de notre pays. Mais, malgré le déploiement important de moyens, elle rencontre de sérieuses difficultés à cause de l'immensité du territoire et de l'absence de drones armés dans notre arsenal.  
Il s'agit de casser AQMI, au sens propre du terme, c'est-à-dire d'en détruire les capacités et d'en tuer le maximum de membres. Dans l'entourage du ministre de la Défense, on ne s'embarasse plus de précautions de langage : "Nous sommes en guerre et on va casser le plus possible de ces connards". 

Schématiquement, il s'agirait de faire ce que les Américains font au Pakistan, au Yemen ou ailleurs : on repère des cibles de haute valeur (responsables terroristes, centre de commandement ou dépôts logistiques) et on les "tape" depuis le ciel avec des munitions de précision. Pour ce faire, l'arme idéale est le drone Male armé, type Reaper. Mais contrairement aux Etats-Unis, la France n'en possède pas. Ou pas encore... 

Faute de drones armés, les militaires font avec les moyens du bord. Ils ne sont pas négligeables. Pour la surveillance et le recueil du renseignement (optique et électronique), la France a déployé pas moins de cinq Atlantique 2, deux Mirage F1CR, deux drones Harfang et, sans doute, des moyens aériens spécifiques du COS, voire de la DGSE. Très polyvalents, les Rafale peuvent également être utilisés pour ce type de mission reco. Américains et Britanniques fournissent également une aide en matière de recueil du renseignement. 

Mais il y a deux problèmes : l'immensité du territoire à surveiller (plus grand que la France) et les élongations : pour qu'une patrouille de Rafale, venant de N'Djaména, reste 2 à 3 heures au dessus de cet immen
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents