Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cercle Jean Moulin ®

Cercle Jean Moulin ®

Co-Président d'Honneur Daniel Cordier, Secrétaire Particulier de Jean Moulin, Hubert Faure, membre des 177 du Commando Kieffer, membre d'Honneur Suzanne Escoffier, petite cousine et filleule de Jean Moulin Association Mémorielle Patriotique et Républicaine. cercle.jean.moulin71@sfr.fr 07 81 34 85 48


« Allez à Buchenwald et tuez Marcel Paul »

Publié par cercle Jean Moulin sur 20 Juin 2013, 21:10pm

Catégories : #Mémoire de La Résistance et de la Déportation, #Mémoire de la Déportation, #Marcel Paul, #buchenwald

« Allez à Buchenwald et tuez Marcel Paul »
Mots clés : littératureroger martinpolars,

 

Pour sauver sa mère et sa sœur, un jeune militant trotskiste emprisonné se voit confier une étrange mission.

Dernier Convoi 
pour Buchenwald, de Roger Martin. Le Cherche-midi éditeur, 432 pages, 19 euros. Son nom n’a pas d’importance. Il pourrait demander à être appelé Ismaël, comme le narrateur de Moby Dick, mais il veut qu’on l’appelle par son vrai nom, histoire de « vérifier qu’a réellement existé un homme appelé Robert Danglars ». Un « vrai » nom qui semble opportunément emprunté à l’un des trois traîtres de Monte-Cristo. Et un prologue qui vient en contradiction avec l’avertissement de l’auteur, qui déclare clairement avoir « créé de toutes pièces » ce personnage. C’est dire à quel point quand l’histoire est en scène, la quête de vérité à laquelle invite à assister tout roman policier devient un jeu complexe entre fiction et réalité, l’enquête policière et la recherche historique fonctionnant sur deux régimes différents. Comme le disait Aragon : « Tous mes romans sont des romans à clefs, mais à fausses clefs. »

Il n’en reste pas moins que Roger Martin construit avec Dernier Convoi pour Buchenwald une fiction solidement étayée par des éléments réels, qui tranche sur l’habituel roman « en costumes » auquel on pense quand on parle d’histoire. Tout commence dans un train, en mai 1944. Après trois jours d’un voyage où déjà se teste la volonté de vivre de chacun, le wagon s’ouvre. Une inscription en allemand sur l’entrée du camp « Jedem das Seine », « À chacun son dû ». Danglars seul sait qu’il vient d’arriver à Buchenwald. Son parcours ne se confond qu’en apparence avec celui des déportés ordinaires. Ancien militant trotskiste au sein de la SFIO, élève instituteur en 1939, il est nommé à Daoulas, dans le Finistère. C’est là qu’il est contacté pour faire de la propagande en direction des soldats allemands. Un réseau se constitue, vite démantelé à la suite d’une trahison. Danglars moisit à la prison maritime de Pontaniou. C’est là qu’un certain Monsieur Conan lui propose un étrange pacte : « Les Boches sont foutus, les Moscoutaires vont prendre leur place. » Ce qu’on lui propose, c’est de faire de l’entrisme… à Buchenwald, et de tuer un des dirigeants communistes pressentis pour le gouvernement de la France libérée. Pour l’aider à choisir, on l’informe que s

http://www.humanite.fr/culture/allez-buchenwald-et-tuez-marcel-paul-543680

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents